Alexandra Kubiak Ho-Chi

En 2012, au bout de deux ans d’études d’architecture d’intérieur, j’ai déménagé à Paris pour apprendre solidement le français. C’était supposé être un séjour d’un an.
Un mois après avoir déménagé, j’ai décidé de m’engager dans quelque chose qui m’intéressait depuis longtemps – le longboard.

Dans la même période, j’ai fait la connaissance d’un garçon qui a mis ma vie complètement à l’envers, en m’attirant dans le monde du longboard, en me rendant accro à la planche et surtout, en me volant mon cœur.
Grâce à ses conseils et ses leçons, j’ai réussi à trouver mes premiers sponsors, tels que : Blackkross, Orangatang etc. Et je n’arrête pas de me perfectionner.

  • Voir ma page

Laurent Perigault

Je n’ai jamais aimé marcher. C’est pour ça que j’ai évité la marche autant que j’ai pu, depuis que j’étais gosse. Déjà à l’âge de 2 ans je glissais sur mon derrière, sur une planche jouet. Un peu plus tard, je suis passé au BMX, mais quand j’avais 14 ans, j’ai découvert que la chose qui me donnait le plus de plaisir c’était le skate. À partir de ce jour, j’ai passé chaque moment libre à skater.

En l’an 2000, aussi en tant que fan de surf, j‘ai trouvé la combinaison de ces deux passions : le longboard, et je m’y suis engagé à 100 %. Et c’est resté comme ça.

  • Voir ma page

Alex et Lolo

Dès le premier jour où nous nous sommes rencontrés, la raison de chaque rendez-vous suivant était la même : skater ensemble. Avec le temps, des conseils innocents et des exercices tout simples se sont transformés en vraies leçons et un travail sérieux.
On se réveillait tous les jours avec le même but, qui était d’améliorer constamment nos capacités et de développer notre potentiel. C’est pour ça que la pratique systématique est tellement importante, ce qui dépend malheureusement de la météo. Nous avons donc commencé à voyager, à la recherche du soleil et de nouveaux endroits pour skater.
Ça nous a permis de voir un bon bout du monde, connaître de nouvelles cultures et de nouveaux gens, vivre toutes sortes d’aventures… Mais tout ça ce n’est rien, comparé à tout ce qui est encore devant nous !